Intégration sensorielle
Vendredi, 03 juin 2011 22:23

Abstract de l’article paru dans « Expérience en ergothérapie 2010, Delphine DECHAMBRE, Autisme et Troubles sensoriels »

Difficultés de contact, Stéréotypies, absence de regard… tant de signes qui s’inscrivent dans la symptomatologie clinique de l’autisme, sans pour autant que les classifications internationales se questionnent sur la présence de troubles sensoriels. Et pour cause ! La variabilité des troubles sensoriels présentés par ces personnes, destabilise et complique notre compréhension de ces dysfonctionnements.

Au-delà des cinq sens familièrement connus, deux autres, moins populaires, viennent pourtant jouer un rôle non négligeable dans notre façon d’être au monde.

La proprioception et le sens vestibulaire font partie des principaux oubliés et nous font manquer certaines pistes, dans notre chemin vers la compréhension des troubles du comportement. Aussi il est bon d’expliciter ces besoins spécifiques de proprioception et de stimulation vestibulaire que les personnes avec autisme démontrent au sein de nos accompagnements thérapeutiques et qui devraient être un point clé au cœur de nos objectifs de soin.

Dans les années 60 J. Ayres, développe une approche sensori motrice appelée Intégration neuro sensorielle (INS).

Les enfants sont alors placés dans des situations de jeu suffisamment significatives, pour les impliquer activement dans leurs réalisations. Ces activités procurent des « impacts sensoriels » dans le but de faciliter la modulation. Dans ce contexte, l’ergothérapeute reste vigilant à la stimulation procurée et en modifie peu à peu le rythme et la fréquence. Cette attention est essentielle, tant la zone de confort pour une personne avec autisme est étroite.

Laisser un commentaire