Les Dys, comprendre
Vendredi, 01 juillet 2011 21:01

Contexte

Si  les parents et les enseignants aujourd’hui ont bien en tête les signes d’alerte de la dyslexie, les autres troubles des apprentissages  passent inaperçus.

Dès la maternelle, l’enfant est  jugé maladroit, certes « un peu brouillon », mais la poursuite du reste de sa scolarité ne semble pas en péril.

Pourtant à l’entrée en CP, l’écriture  inquiète  parents et enseignants qui se retrouvent désarmés ; « l’enfant manque de volonté, c’est sûr, il ne s’applique pas! ».

Ce discours est un drame pour ces enfants, qui quotidiennement font des efforts pour répondre à nos attentes.

Les parents s’inquiètent à juste raison et commencent un long parcours de démarches pour comprendre ce qui empêche leurs enfants de répondre aux attentes du cursus élémentaire.

La dyspraxie expliquée :

Pour réaliser une action, la seule motricité des muscles ne suffit pas, il faut une gestion très précise, et très particulière à l’action, de tous les mouvements dans le temps et dans l’espace.Cette gestion, réalisée par le cerveau, s’apprend dans la petite enfance au fur et à mesure des expériences et des essais répétés. S’inscrit ainsi dans le cerveau une série de « fiches techniques », qui, une fois créées, ressortiront automatiquement. On trouve par exemple les « fiches » faire du vélo, écrire, s’habiller, porter une cuillère à la bouche, etc…La dyspraxie, c’est donc une « mauvaise perception » entraînant de             « mauvaises fiches » – due à un dysfonctionnement ou une lésion cérébrale.
Si des « fiches techniques » manquent ou sont incomplètes, certains gestes ne seront pas automatiques et demanderont donc beaucoup d’efforts cognitifs et de concentration, pour finalement être réalisés maladroitement et souvent de façon erronée. »

 

Note : il est important de bien comprendre qu’il s’agit là d’un mauvais fonctionnement cérébral, et non d’un trouble moteur.

De même, il ne s’agit en aucun cas d’un retard mental ou d’un trouble du comportement. Enfin une dyspraxie est irrémédiable : on ne la guérit pas, on ne fait qu’y pallier.

Pour la dyspraxie visuo-spatiale, on peut dire que ce sont les « fiches techniques » concernant la vision et l’espace qui ont été touchées.
Ce qui est fondamental, c’est que l’enfant dyspraxique se rend souvent compte de ces troubles par le biais de ses erreurs. C’est ce que l’UNESCO appelle le Syndrome de discordance entre l’acte voulu et l’acte réalisé ;

L’enfant connaît son but, les étapes pour y parvenir et a la volonté d’y arriver, mais n’atteint pas son résultat.

Les informations ci dessus sont extraites d’un livret réalisé en 2001 par une stagiaire ergothérapeute qui cherchait un moyen de sensibiliser les enseignants sur la dyspraxie

Besoin d’un suivi en ergothérapie :

Avant tout début de suivi, un bilan sera nécessaire afin de définir les axes thérapeutiques et de corréler nos résultats avec ceux des différents partenaires (libéraux, équipes de référence, psychologues scolaires, etc) et permettre au médecin de poser un diagnostic .
– Retard du développement psychomoteur
– Difficultés en motricité fine et en coordination bi-manuelle.
– Dysgraphie (dysfonctionnement du graphisme non lié à un problème moteur).
– Une dyspraxie

2 axes thérapeutiques pourront alors être envisagés : La rééducation ou la réadaptation.

La rééducation : améliorer et/ou récupérer une fonction déficiente.

Ex : apprentissage du découpage, exercices de motricité fine, exercices de coordination bi-manuelle

La réadaptation : compenser une incapacité en apprenant à l’enfant à faire autrement pour réussir.

Faire autrement pour tracer un trait,  pour lire, dans certains cas l’apprentissage de l’utilisation de l’ordinateur est indispensable, cet apprentissage prendra une année environ, et demandera deux années d’automatisation (d’où l’importance de la précocité du diagnostic)